reflexion sur les tout-petits et la télévision

Quoi ???!! on nous aurait menti ?!!! on nous assomme quotidiennement de messages alarmistes concernant la télévision et les tout-petits, on prône la tolérance Zéro à l’égard du tube cathodique, et finalement ce ne serait pas si mauvais pour nos chères têtes blondes ???!!! C’est à n’y plus rien comprendre ! Dans cet article, je vous présente les idées de Laurence Rameau, puéricultrice et directrice de la rédaction du Journal des professionnels de la petite enfance, qui a le mérite d’apporter un peu de nuances dans ce monde des extrêmes !

Bien entendu, même si le titre de l’article se veut (un peu) provocateur, cet article n’est pas là pour dire que c’est « open-bar » et que finalement on peut exposer sans crainte et sans remords son piou piou à la TV pendant des heures ! Cette communication anti-télévision qui règne n’est pas là pour rien non plus ! Elle est surtout là pour sensibiliser ceux qui usent et abusent littéralement du poste et s’en servent de nounou cathodique. Oui mais voilà, même si on accorde 10 minutes quotidiennes de télévision à son lardon, parce qu’on sait que cela lui fait réellement plaisir (et aussi parce qu’il est réellement plus calme pendant ce temps là, et ça , ça fait du bien parfois il faut l’admettre…), on le fait, pour la plupart d’entre nous, toujours avec une petite pointe de culpabilité… Aussi, pour tous ces parents qui se sentent coupables, tiraillés, sachez qu’il existe un entre deux et que si elle est bien utilisée, la télévision peut aussi devenir un réel moment d’échange et d’apprentissage.

Mais d’abord, pourquoi la Télévision serait-elle si dangereuse pour les tout-petits ?

Seuls les sens de la vue et de l’ouïe sont stimulés lorsque l’enfant regarde la télévision. Pourtant, pour apprendre et évoluer il doit « vivre » le monde qui l’entoure, le toucher, le goûter, le sentir et le voir bien sur aussi. Mais avec la TV c’est un monde en 2D qu’il découvre, un monde irréel et tronqué. A cet âge-là bébé a plutôt une intelligence sensorielle et motrice, que la télévision ne lui permet pas de développer donc.

Avec la télévision, le petit est contraint à la passiveté. Laurence Rameau, compare la télévision aux livres. Avec un livre, l’enfant peut tourner les pages quand il en a envie, il peut revenir en arrière à son gré, il touche le livre, il le vit quoi ! La télévision ne permet hélas pas une telle interactivité.

Avec la télévision, l’enfant ne développe pas sa créativité et son imagination. Les images lui sont imposées, comment alors réussir à inventer ses propres images ? Là encore, Laurence Rameau, compare le tube cathodique au livre. Lorsqu’un adulte lit un livre, les paroles qu’il prononce, le ton de sa voix, voire même ses mimiques, permettent à l’enfant de se détacher des simples images du livre pour partir dans un monde imaginaire, SON monde imaginaire qu’il s’est créé. Impossible pour le tout petit de se détacher des images envoutantes de la télévision pour partir dans son propre monde.

La télévision, avec ses images hautes en couleurs qui se succèdent à des rythmes parfois effrénés peuvent pousser le bébé à se caler à ce rythme et donc peuvent « exciter » votre petit monstre.

– Enfin, de nombreuses études scientifiques ont montré que la télévision à haute dose pouvait avoir un effet néfaste sur le développement du langage de l’enfant. En effet, là encore l’apprentissage du langage se vit, c’est parce que les parents mettent des mots sur ce qu’ils font, ce que bébé ressent, parce qu’ils montrent à l’enfant parfois certains objets en les nommant que mini-pouce arrive à apprendre petit à petit le langage. Avec la télé, l’enfant entend les mots mais personne n’est là pour lui montrer à quoi correspondent ces mots, car dans la même image peuvent se trouver tout un tas d’objets.

Doit-on « jeter la pierre » à la TV seulement ?

Dans son livre Pourquoi les Bébés jouent, Laurence Rameau souligne que finalement, ce que l’on reproche à la TV, on pourrait aussi le reprocher à d’autres média. La radio par exemple lorsqu’on l’impose à l’enfant : il ne peut maîtriser le volume sonore, il ne peut l’arrêter ou la faire passer en boucle à son gré. Là aussi, il peut être question de passiveté. De même, si un adulte lit un livre à un groupe d’enfant de manière « magistrale », en montrant de temps en temps les images, là encore le tout-petit ne peut « vivre » réellement le livre et se voit imposer un rythme dans la découverte des images, qui ne reste alors que des images comme celles de la TV.

Mais pourquoi alors la télévision déchaine t-elle tant les passions ?

Le risque de « l’abandon »

En effet, d’après Laurence Rameau, c’est le risque de l’abandon de l’enfant devant l’écran qui est en jeu, réduisant ainsi ses intéractivités sociales et l’échange avec l’humain. Laissé seul devant l’écran, il peut s’abêtir, s’étourdir, et surtout penser que les relations ne se vivent que dans la passiveté. « Regarder passivement la télévision de manière trop fréquente installerait ainsi le bébé dans une situation de simple spectateur du monde et non plus comme acteur en capacité d’agir sur le monde. », comme le dit Laurence Rameau dans son livre Pourquoi les bébés jouent. Mais finalement, laisser bébé seul sur son tapis d’éveil reviendrait au même. Là encore abandonné à lui-même, il lui manque l’échange, la relation, pour découvrir son monde en toute sécurité. Seulement voilà, on a plus tendance à laisser un enfant seul devant la télévision que seul pendant des heures sur son tapis d’éveil.

Et si la télévision devenait un moment d’échange et d’interaction ?

Finalement les dessins animés ne sont pas dénués de sens pour le développement des tout-petits et font appel à leur sensorialité : ils sont colorés, gais, ont de jolies chansons, des histoires simples, un vocabulaire adapté. Parfois, les personnages vivent des aventures incroyables et surtout font part de leurs émotions. Mais pour rendre tout cela « utile » pour le tout-petit et surtout pour ne pas qu’il se « perde » dans la passiveté, il est nécessaire qu’un adulte l’accompagne, et surtout vive avec lui le dessin animé, au même titre que l’adulte vivrait le livre en le lisant à son bébé.

Laurence Rameau, nous donne quelques conseils pour « accompagner » son enfant devant le petit écran :

– commentez de temps en temps l’action, surtout quand il n’y a pas forcément de dialogue : « tu as vu ? le loup a encore râté et n’arrive toujours pas à attraper la poule ! », « oh la la , la petite fille semble si triste d’avoir perdu son doudou », « Tchoupi est drôlement content d’avoir réussi à faire ses lacets ! ». Cela permet tout d’abord d’apporter du vocabulaire, mais surtout cela permet à votre enfant de pouvoir discuter de ce qui se passe, de ce qu’il voit et peut-être de ce qu’il ressent lui aussi, ou a peut-être ressenti dans une situation similaire.

– Observez votre marmot et surtout soulignez lorsque vous voyez qu’il connaît bien la chanson du générique, rigole aux éclats lors d’une situation amusante, lorsqu’il reconnaît tous les personnages ou répète des nouveaux mots.

– Observez aussi ses émotions et partagez-les avec lui. Cachez-vous les yeux quand la scène est un peu effrayante, tapez des mains pour applaudir les exploits du super héros, riez aux éclats avec votre doudou pour vous moquer de la chute du grand méchant loup. Votre enfant, ne s’en sentira que mieux compris et écouté.

Alors finalement, pas si mauvaise la TV !

Et vous ? avez-vous déjà pensé à accompagner votre enfant devant la télévision ? d’en faire un vrai moment d’échange ?